Résilience


Les sites de Stéphane :

comprendre-mon-surpoids.com - pour-une-vie-heureuse.com - stephanebridebonnot.com - tousformidable.com

Qui est Stéphane Bride-Bonnot ?

Nous sommes dans une société où les gens manquent de temps, par conséquent je vous propose un condensé pour connaître Stéphane Bride-Bonnot, alias "SBB".

Vous allez découvrir un parcours atypique, d'un mec nul à l'école, qui aurait dû être condamné à faire sa carrière professionnelle comme maçon.

Maçon est un très beau métier, je ne le renie pas, mais il est très difficile, humainement parlant.

Voici donc un résumé rapide de mes 40 premières années de ma vie, je vous le rappelle, en version courte.

Alors que j'avais à peine 4 ans, mes parents divorcent. J'ai un frère 3 ans plus vieux que moi, et nous sommes déjà séparés.

Lui choisira d'aller chez son père, et moi, je choisirai d'aller chez ma mère.

Nous ne retrouverons jamais de complicité dans la fratrie. Au contraire, nous serons plusieurs années à ne plus nous parler.

J'ai passé une année seul avec ma mère, puis elle a rencontré son deuxième mari, avec qui elle vit toujours au jour d'aujourd'hui, qui est donc mon beau-père.

À l'époque, je m'appelais Stéphane Bride, et le beau-père, Marcel Bonnot, n'avait pas d'enfants.

Il a proposé de nous adopter mon frère et moi, mon frère a refusé, moi j'ai accepté.

Je suis donc devenu Stéphane Bride-Bonnot.

Je suis le premier Bride-Bonnot de la planète, fier de porter un nom unique. Bien que vous verrez plus tard, ce nom a été sali par une poignée d'individus, et ça m'a fait très mal.

D'autant plus que j'ai trois enfants, trois garçons, qui portent le même nom, et dont je porte la même fierté.

Je suis le premier d'une, je l'espère, grande descendance, de "Bride-Bonnot".

De 8 ans à 16 ans, ma vie était fade.

J'habitais en pleine campagne, dans un hameau de 9 maisons, mon beau-père était le seul actif, tous les habitants étaient retraités. Nous étions excentrés du village qui ne comptait déjà que 300 habitants.

La semaine, j'étais en cours, le soir je rentrais, je m'ennuyais, d'autant plus que je ne faisais pas mes devoirs parce que je n'aimais pas ça...

Je passais les weekends, walkman sur les oreilles, à écouter Frédéric François et Michel Sardou, et oui, déjà des musiques pas trop modernes pour l'époque, lol.

Mais j'ai quand même eu la chance, à l'âge de 12 ans d'avoir un ordinateur, Amstrad CPC 464, pour les plus anciens, ça vous rappellera des souvenirs, et ma passion pour l'informatique est née.

Je recopiais des pages de code pour programmer des jeux, et ça me passionnait.

À 16 ans, j'ai eu une 103 SP, et je me suis senti pousser des ailes. Une 103 SP, c'est ce qui remplace un scooter d'aujourd'hui, pour les plus jeunes, lol...

Les weekends, je partais à 50 km de la maison, j'étais déjà attiré par de nouveaux horizons, le voyage, la découverte.

J'ai passé le permis, et à 18 ans, mes ailes ont décuplé.

Au revoir papa, au revoir maman, je m'installe en banlieue lyonnaise, et je vis une vie de dingue, à ne dormir que 3 heures par nuit, je me demande comment j'ai fait à ce moment-là.

C'est surtout mon service militaire dans la gendarmerie qui a été l'extase.

Soit j'étais en uniforme au travail, ou alors j'aidais à servir dans un bar, j'avais un pouvoir de séduction qui me boostait en énergie déjà.

J'étais sur un peloton autoroutier, et il y avait des péagères dans les cabines à cette époque, que de bons moments passés...

Sur les stations-services, il y avait les pompistes...

Et au bar, il y avait les clientes...

Nous faisions des soirées sensationnelles jusqu'à la fermeture de 1 heure. Puis l'après fermeture jusqu'à des 4 ou 5 heures du matin, avant de réattaquer la journée de boulot à 8h.

L'armée finie, je suis allé sur les chantiers de maçonnerie.

Puisque mon parcours scolaire à été celui d'un cancre. Des mauvaises notes, des retenues, des redoublements...

En fin de troisième, quand nous devions faire nos vœux, j'ai choisi informatique en premier, journaliste en deuxième, et peintre en bâtiment en 3e, puisque je savais que je serais recalé sur les 2 premiers...

Et puis, ça n'a pas manqué, personne n'a voulu de moi, snif. À part dans un lycée professionnel du bâtiment pour faire maçonnerie et gros œuvre.

J'y suis donc allé, puisque je n'étais pas en âge de quitter l'école.

J'ai passé le CAP et BEP sur 2 ans, j'ai foiré le BEP.

Et j'ai donc quitté l'école à 16 ans et demi, j'ai fait maçon un peu avant d'aller à l'armée... Et maçon à mon retour de l'armée.

Après avoir passé des belles années dans la gendarmerie, je me suis dit ce n’est pas possible que je fasse maçon, je ne suis pas condamné à faire ça jusqu'à ma retraite !

J'ai donc commencé à cogiter, à réfléchir, et mettre en place des actions pour sortir de cette vie qui m'était tracée.

Le destin m'a aidé, avec un licenciement économique.

Plus de travail, mais bénéficiaire d'une formation payée par les ASSEDIC.

J'ai demandé à passer le permis poids lourd prétextant que dans le BTP, ça fera un plus pour la logistique des chantiers.

Avec le permis poids lourd, je n'ai plus postulé sur des potes de maçon, mais sur des poste de chauffeur-livreur.

En même temps, souvenirs de vacances de gamin oblige, j'étais amoureux de la vallée du Rhône, c'était la route des vacances, la route de la "civilisation".

Je voulais habiter entre Vienne et Orange.

J'ai donc postulé comme chauffeur-livreur, sur toutes les annonces ouvertes dans le couloir de la vallée du Rhône.

J'ai eu un entretien, un seul et unique entretien, à Pierrelatte, dans la Drôme, qui a été concluant.

Ma femme de l'époque était enceinte de 7 mois, nous habitions dans le sud de la Saône-et-Loire, à 6h de route de cette nouvelle vie qui nous attendait.

Parti à l'aventure, dans une nouvelle région que l'on ne connaissait pas, à l'hôtel, en attendant de trouver une location, et en fin de grossesse.

J'ai donc été chauffeur-livreur, et j'avais principalement des tournées sur le département de l'Ardèche. Je découvrais l'Ardèche, du haut de mon camion, je voyais les falaises encore plus hautes qu'on ne peut les voir en voiture, je suis tombé amoureux de l'Ardèche, tout simplement.

Après 6 mois, ma hiérarchie voulait déjà me retirer de la route pour me promouvoir Superviseur préparateur de commande.

Et là, je me suis plu, puisque je travaillais de 15h jusqu'à 6h le lendemain matin, dans le congélateur à - 40°, puisque je gérais les surgelés.

Je faisais un boulot qui me passionnait, et comme je n'aimais pas la chaleur, j'appréciais d'être au frais.

Je faisais trop d'heures pour ma femme de l'époque, j'ai dû laisser tomber ce poste, mais le couple a explosé quand même.

De là, j'ai fait une formation dans le nucléaire, et je suis parti à Brennilis, à proximité de Brest, dans le Finistère, en Bretagne, pour ceux qui ne connaissent pas.

Et j'ai rencontré ma deuxième femme qui habitait à Lamballe dans les Côtes-d'Armor, où j'ai habité rapidement.

Voulant quitter l'intérim, j'ai postulé sur un poste similaire à celui de Pierrelatte.

Encore une fois, je n'ai pas distribué énormément de CV, j'ai ciblé principalement une entreprise qui faisait le même métier sur Lamballe, j'ai décroché l'entretien, et j'avais un poste de responsable logistique régional qui m'attendait.

Par contre, ce n'était pas à Lamballe. J'avais le choix entre Toulouse, Caen ou Vendôme.

J'ai choisi Vendôme, du fait que c'était le moins loin de la famille de ma femme, et de mes enfants de mon premier mariage, qui étaient à Clermont-Ferrand.

Nous avons passé 3 ans dans le Loir-et-Cher.

3 ans où j'étais donc Responsable Logistique Régional.

J'ai remis sur pied la succursale qui était bancale, remis en place l'équipe, en mettant les piliers aux bons endroits, en déléguant les tâches, et très vite, je m'ennuyais.

La direction m'a envoyé former d'autres responsables à Toulouse et à Caen, justement, mais ça ne suffisait pas, je m'ennuyais toujours.

J'ai donc décidé de créer ma boîte en 2007, pour pouvoir travailler sans compteur d'heure, et sans limites de développement, qui nous limitent et nous brident dans nos passions.

J'ai démarré comme marchand de bien, et rapidement, je me suis pris la crise mondiale sans précédent.

J'ai dû, du fait, me reconvertir très rapidement en 2008, la société étant créée et la crise étant passé, il fallait rebondir.

Comme je maitrisais bien l'outil informatique, je suis parti sur des créations de business virtuels.

Et comme je suis un mec qui aime créer, avec mille idées à la seconde, j'ai donc créé plusieurs projets, que j'ai revendu.

J'ai fait ça jusqu'en 2011, jusqu'à une prise de conscience.

Je pars de zéro, je crée, je vend. Il me reste 0.

Alors je me suis dit, le prochain projet je vais le faire mais je vais le garder.

Mais comme je n'aime pas le train-train quotidien, la routine, le suivi, j'ai eu l'idée suivante :

Faire une ouverture de capital, et faire rentrer des associés qui avaient la même philosophie que moi.

45 personnes se sont jointes à moi dans le projet.

Notre marque allait faire des formations à l'outil informatique, créer des sites internet, et optimiser la visibilité des petits commerces de centre-ville.

Nous avons travaillé ensemble pendant 3 mois, le temps de faire la partie administrative, assez lourde en parallèle...

Et arrivé au jour de la signature des documents officiels pour intégrer tous les associés dans la société, la bombe m'a pété en pleine gueule !

J'avais donné ma confiance à des gens jaloux, aigris de la réussite d'une personne à moitié plus jeune qu'eux... et ils m'ont descendu à un point que je ne souhaiterais même pas au pire de mes ennemis.

Nous sommes en 2011, je ne connais pas le développement personnel, je ne connais pas la PNL, je suis maçon de métier, autodidacte, jeune chef d'entreprise plein de motivation, et je me prends ce que je qualifierais de la totale !

À la veille de la signature officielle des documents, 5 des associés potentiellement entrants, créent une association qu'ils nomment "Association Des Sinistres Du Net".

Cette association parle exclusivement de Stéphane Bride-Bonnot, des sites de Stéphane Bride-Bonnot, et des sociétés de Stéphane Bride-Bonnot.

A lire leur publication, toute victime du web était automatiquement une victime de Bride-Bonnot !

Ils ont volé mon fichier clients, ils ont adressé un courrier pour présenter leur association à l'ensemble de mon fichier clients et prospects !

Mon chiffre d'affaires est passé de 10.000 hors-taxe à 1.000 hors taxes sur les 6 mois suivants...

J'ai porté plainte pour diffamation, avec constat d'huissier + avocat et j'ai perdu !

J'ai oublié de préciser, 2 de ces gens sont assujettis à l'ISF (impôt sur la fortune), ça laisse entendre qu'ils ont les moyens de payer des avocats autres que les miens.

Ça c'est le premier effet kiss cool !

Mais s'ils s'en étaient arrêtés là ....

Ils ont fait une lettre ouverte à l'ensemble des associés qui avaient intégré le projet, soit 45 personnes - 5 = 40 restants...

Comme ils ont fait ma fête sur cette lettre ouverte, un tiers des associés ont demandé le retrait et leur remboursement...

Un tiers ne les a pas écoutés et restait à mes côtés...

Et un tiers est resté, mais ne produit plus, n'investit plus, et ne développe plus le projet, en attendant de voir qui a tort ou qui a raison.

Là je me retrouve avec deux piliers qui s'effondrent. Le chiffre d'affaires volatilisé, et dévaluation de notre outil Web qui est estimée à 160.000 et qui tombe à 10.000 en moins d'un an... et des associés qui veulent se tirer, qu'il faut rembourser, et il faut sortir de l'argent qui ne rentre plus.

Kiss Cool s'arrête à deux effets, mais pour Bride-Bonnot, la fête continue !

Dans les semaines et mois qui ont suivi :

Je me prends 12 prud'hommes !

Et oui, 3 mois que nous avons travaillé sur le projet, ces individus veulent le faire requalifier en contrat de travail...

Je me prends un contrôle de la répression des fraudes qui durera 14 mois...

Je subi une enquête pour travail dissimulé par dissimulation d'activité...

Je subi une enquête pour travail dissimulé par dissimulation de salarié...

Je subi une enquête pour fourniture illégale de services d'investissement à des tiers à titre de profession habituelle...

Je subi une enquête pour faux et usage de faux...

Je subi une enquête pour défaut de soumission des comptes sociaux...

Je subi une enquête pour escroquerie...

Je subi une enquête pour abus de biens sociaux...

Et c'est dans le cadre de cette dernière, que je suis perquisitionné à mon domicile, que la police repart avec des cartons, des classeurs de comptes bancaires, dont ceux de ma femme.

Quand ma femme rentre le midi, je lui ai dit : "tu ne chercheras pas ton classeur de comptabilité, il est à la police, j'ai été perquisitionné"... elle me répond tout simplement : "Tu es un escroc, je demande le divorce !"

Vous voyez un peu tout ce négatif que j'ai encaissé ?

Aujourd'hui je suis toujours en liberté, ma société existe toujours, il n'a pas été prouvé que j'étais un escroc, mais j'ai été sali, mon nom "Bride-Bonnot" a été sali, le nom de mes enfants a été sali, et j'ai perdu la femme que j'aimais !

Tout ça, à cause d'une poignée d'individus qui ont décidé de me descendre plus bas que terre.

Je ne faisais pas de développement personnel, je focalisais sur mes soucis, je communiquais trop sur ce négatif, j'ai fait fuir tout le monde autour de moi, et je n'avais aucun soutien de mes proches.

Nous habitions Privas, dans l'Ardèche, esprit très rural, où tout le monde se connaît, et tout le monde se permet de porter des jugements sans connaître la vérité du dossier.

Ces pourris ont voulu faire de moi un escroc, ils ont réussi à le faire valider par tout mon entourage.

Mais si j'avais pratiqué du développement personnel, je n'en serais jamais arrivé là !

C'est pour ça qu'aujourd'hui, j'ai créé le site stephane-mieux-etre.com et je veux crier sur tous les toits, que chacun peut prendre sa vie en main et ne pas subir l'environnement !

À partir du moment où l'on est nous, que l'on est honnête envers nous-mêmes, il faut rester droit dans ses bottes, et ne pas céder à toutes ces pressions qui viennent de l'extérieur qui cherchent à vous faire plier, ou pire, à vous faire tomber !

Chaque expérience que nous vivons est là pour nous apprendre à évoluer.... par conséquent, aujourd'hui je pardonne à ces gens.

Aujourd'hui, je sais que je vais rebondir, que je suis à la moitié de ma vie, au minimum, et que les prochaines années vont être 10 fois plus belles que celles que j'ai vécues jusqu'à ce jour.

Aujourd'hui, j'ai appris beaucoup sur l'humanité, et sur l'être humain en particulier.

Je sais comment m'entourer des bonnes personnes.

Je sais que je vais pouvoir faire quelque chose de grand et de puissant sur le plan professionnel, qui répondra à mon ambition.

Et encore une fois, je remercie ces individus, puisque ce sont les expériences qui font avancer le monde.

Et aujourd'hui je veux vous dire, à vous qui lisez ce livre, n'attendez pas de vous prendre autant de claques dans la figure pour travailler sur vous, sur vos motivations profondes, et vous blinder pour avancer sereinement.

Voici quelques conseils que je vous donne :

Soyez en accord avec vous-même... faites ce qui vous plaît, et ce qui vous plaît vraiment, ce qui vous rend heureux, ce qui vous passionne.

Plus vous serez heureux et en accord avec vous-même, plus vous allez irradier du bonheur autour de vous et plus vous allez rendre les gens autour de vous heureux, de façon complètement naturelle.

Le plus important sur terre, c'est vous et vous seul. Ce n'est pas de l'égoïsme, car le bonheur est contagieux.

Soyez heureux, et vous rendrez les gens autour de vous heureux.

Fuyez les gens négatifs, qui se plaignent toute la journée, qui ne pensent qu'à râler.

Regardez moins les infos à la télé, tout ce qui est négatif, les médias sont là pour nous déprimer et nous transformer en moutons pour mettre les bulletins de leur choix dans l'urne.

Avec la polémique, il divise l'humanité, alors que l'amour rassemble les humains.

Nous devons nous rassembler, nous unir, même avec nos divergences d'opinions.

Chacun a le droit d'avoir ses avis, mais ça n'empêche pas qu'on peut construire de belles choses ensemble.

Ayez de la gratitude pour tout ce que vous avez, nous sommes dans l'abondance, et nous avons tendance à l'oublier.

Imaginez le confort que vous avez quand vous êtes dans une maison avec du chauffage, et un véhicule pour vous déplacer.

De l'électricité pour voir clair, produire de l'eau chaude, faire fonctionner votre ordinateur... De l'eau pour boire, pour laver vos légumes et laver votre corps... de l'eau pour vous rafraîchir en été, de l'eau que l'on gaspille dans nos pays riches alors tant d'autres en manque.

Pensez bonheur, pensez positif, pensez à vos amis, pensez à vos proches, rapprochez-vous, profitez d'être en vie pour les contacter, n'attendez pas qu'ils soient morts pour regretter.

Ne jugez pas autour de vous, chacun fait ce qu'il peut avec ce qu'il a et ce qu'il sait... Et surtout, ce que vous voyez n'est pas forcément la réalité...

Pardonnez les gens qui vous font du mal, ils n'ont peut-être pas fait exprès, et même si c'est le cas, ça ne peut que vous aider à grandir.

Lâcher prise, pensez à vous, pensez à votre personne. Prenez des rendez-vous avec vous-même dans votre agenda.

Soignez votre alimentation, faites gaffe à ce que vous mettez dans votre corps, c'est ça qui nous apporte la maladie.

Soignez vos relations, allez vers les gens qui le méritent.

N'hésitez pas a couper les ponts avec certains qui peuvent vous apporter que du mal.

C'est ici quelques pistes, non exhaustives.

Je suis en train de suivre un cursus de formation de la PNL, c'est puissant, nous avons un potentiel énorme en nous.

Nous sommes tous différents, mais nous avons tous un cerveau qui est hyper puissant et que nous n'exploitons qu'à moins de 10 % de son potentiel.

Nous avons tous des ressources en nous, au plus profond de nous, nous pouvons tous faire des choses très puissantes.

Maintenant, vous voyez, chacun a ses malheurs, chacun a ses soucis, chacun à son passé, mais chacun doit avancer toujours droit devant.

Plus vous serez positif, plus vous attirerez les gens à vous.

Laissez le négatif chez vous dans un placard, allez au-devant des gens, plus vous allez rencontrer de personnes, plus vous allez prendre confiance en vous et voir la vie belle.

Je pourrais vous donner plein de conseils comme ça pendant tout un roman. Mais c'est ici une version courte. Alors je m'arrête.

Je vous souhaite le meilleur.

Vivez heureux et prenez soin de vous...

Stéphane Bride-Bonnot

***
Après 2016, voici ma reconstruction :

Je me suis reconstruit en 1 an !

Le développement personnel et spirituel nous aide à relativiser face aux événements de la vie.

L’environnement extérieur peut nous aider tout comme il peut nous détruire.

Voici un petit résumé de ma reconstruction en un an :

Le 2 mai 2016, j’étais au fond du trou, depuis :

J’ai pris conscience que j’ai choisis de vivre les expériences que je vis sur terre, tout comme la famille qui m’accompagne.

J’ai fait le ménage sur mes blessures de l’âme et mes dettes karmiques.

J’ai fait connaissance avec mes 7 corps subtils, pour arriver à comprendre d’ou venaient mes souffrances du corps physique.

J’ai compris et mis en place l’alignement énergétique via les chakras pour que l’énergie circule ici et maintenant partout dans mon corps, de façon limpide.

Cette énergie circulant fluidement en moi, également fluide dans mon environnement et donc dans tous les domaines de ma vie.

J’ai compris quelle était ma valeur fondamentale, et je ne vis maintenant qu’à travers celle-ci.

J’ai découvert l’échelle émotionnelle qui va de la peur à l’amour. J’ai compris que nous devons être dans l’amour inconditionnel pour que tout baigne dans notre vie.

Pour effacer les mémoires des cellules conditionnées dans la peur, j’ai mis en pratique dans ma vie le ho’ponopono.

Ensuite, j’ai découvert qu’il y avait le ho’ponopono occidental et le ho’ponopono oriental, qui est mille fois plus puissant.

J’ai creusé sur les chakras, qui sont les points énergétiques qui bloquent en fonction de nos comportements. Le fait de tout dire en toute transparence sort de votre vie toute douleur au niveau de la gorge, par exemple.

J’ai découvert le conscient, le subconscient et l’inconscient. Le conscient est cette partie de nous qui est impactée par les phénomènes de société qui reposent souvent sur la peur.

Ce que nous appelons inconscient en PNL , c’est ce que nous appelons l’âme en spirituel.

J’ai compris que nous avons des énergies qui nous sont données pour vivre notre mission de vie. Si nous sortons de cette mission de vie, alors les énergies se bloquent, ça génère ce que nous appelons des problèmes matériels ou de santé.

Nous sortons de notre chemin de vie dès lors que nous écoutons notre mental qui est bridé par des croyances limitantes.

J’ai dû transformer mes croyances limitantes en croyances aidantes.

Concernant les pensées, il y a les positives et les négatives. Les négatives génèrent des émotions toxiques qui apportent la maladie.

Plus nous gardons des pensées négatives, des émotions toxiques, plus nos cellules croupissent dans un terrain propice à développer des maladies graves.

Pire encore, de nos pensées découlent nos actions, qui apportent les résultats.

D’une pensée négative, nous arrivons sur un résultat négatif qui va ancrer encore plus profond notre croyance, ce qui fragilise notre confiance en nous.

Notre cerveau est une machine à penser qui ne s’arrête jamais.

Si nous sommes dans le passé, nous sommes dans la nostalgie ou la mélancolie, cela ne génère pas des émotions de joie.

Si nous sommes dans le futur, nous sommes dans la peur de l’inconnu, la peur de la maladie ou la peur de la mort, et ceci génère un mal-être.

Il faut donc être dans l’instant présent, en sachant que présent = cadeau.

Pour cela j’ai cloisonné dans ma tête tout ce qui concerne les gens puisque je ne peux pas les changer. Tout ce qui concerne les faits puisque on ne peut plus les refaire. Il ne reste donc que moi et mon « être ».

Il reste moi ici et maintenant, si mes pensées restent dans le présent, alors tout va bien !

Il ne faut donc pas se soucier de ce que l’on ne maîtrise pas, et surtout être vigilant sur le focus.

Tout ce que l’on souligne se développe.

Si nous comptons notre argent sur le compte bancaire, et que nous soulignons le manque pour arriver à la fin du mois, nous le développons.

C’est pour cela que j’ai mis en place un cahier de gratitude, qui consiste à remercier 5 points différents qui ont embelli ma journée, chaque jour.

De la même façon sur le corps physique, soulignez vos qualités et ce que vous aimez, et en aucun cas vos défauts ou ce que vous n’aimez pas.

Une fois que tout ça est propre et compris, la loi de l’attraction est beaucoup plus perceptible et favorable.

En effet, on attire à nous ce que l’on vibre.

Il ne suffit pas de passer une commande à l’univers, parce qu’elle nous sera livrée que si elle nous correspond ici et maintenant en fonction de ce que l’on vibre, pour poursuivre notre évolution.

Il faut donc « être » ce que nous voulons être, et naturellement nous aurons le « avoir » qui va avec très rapidement.

J’ai compris que tout est vibratoire, il faut vibrer haut pour attirer haut.

Tout en restant bien ancré.

Par la visualisation créatrice, je visualise les racines qui partent sous mes pieds jusque dans le magma de la terre, c’est l’ancrage. On sent les pieds qui se collent au sol.

On visualise ensuite nos bras et notre tête qui font les branches de l’arbre et on visualise cette énergie qui part partout, tel le soleil qui balance ses rayons dans le ciel jusqu’à l’infini.

On se met dans l’instant présent, la gratitude, et nous pouvons communiquer avec nos guides spirituels, notre ange gardien.

Plus nous sommes alignés comme ça, plus souvent nous sommes alignés, plus l’énergie passe, et plus des choses magiques arrivent dans votre vie.

Des choses beaucoup plus fortes que vous ne l’auriez jamais imaginé.

Tout va très vite, parce que l’énergie circule très vite.

Ensuite, j’ai fait attention à mon vocabulaire, en particulier les marques d’attention.

Que ce soit pour me parler à moi ou aux autres, j’utilise au maximum les pensées positives inconditionnelles, qui augmentent directement l’estime de soi.

J’adore l’effet miroir.

C’est ce qui m’aide à progresser chaque jour. Puisque chaque individu qui se présente à moi, chaque événement de la vie qui se présente à moi, c’est le reflet de mon âme.

Quand je perçois quelque chose qui me dérange chez l’autre, c’est que je l’ai en moi. Alors je m’arrête je réfléchis et je repars 10 fois plus vite !

Le fait de se responsabiliser change toute notre perception du monde !

L’environnement peut-être toxique, j’ai dû quitter l’Ardèche après ma tentative de suicide pour me reconstruire. Même si pour cela, j’ai dû m’éloigner géographiquement de mon fils de 8 ans à l’époque.

Ensuite, j’ai pris conscience et je continue d’avancer sur l’alimentation, manger moins et manger mieux…

Respecter ce corps qui est notre véhicule terrestre pour transporter notre âme durant cette mission de vie :)

Depuis avril 2017, tout roule, tout baigne, dans tous les domaines, ce n’est que du bonheur, et c’est avec ces outils que j’accompagne les gens pour atteindre le bonheur absolu :)

De plus, je suis toujours travailleur indépendant, mais hors système traditionnel… Pas de secrétariat, pas de comptabilité, ni comptable… Je cotise à la retraite des cadres… que du bonheur !
       

pied-de-page.png

COPYRIGHT © 2020 TousFormidable.com | Mentions Légales | Haut de Page


AVERTISSEMENT

Le contenu de ce site n’est offert qu’à des fins strictement informatives et dans l’intention de donner matière à une discussion avec votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Ne négligez jamais un conseil que vous aura prodigué votre médecin ou un autre professionnel de la santé qualifié. Sollicitez toujours l’avis d’un médecin ou d’un autre professionnel de la santé agréé à propos de toute question que vous avez sur un problème de santé et un traitement. Les renseignements fournis par ce site ne remplacent pas une consultation médicale. Je ne suis pas médecin et je ne prétends pas l’être.
Stéphane Bride-Bonnot